Toute activité industrielle génére son lot d’accidents ; on ne peut jamais l’éviter, on ne peut tout prévoir : la panne, le dysfonctionnement d’un appareil, d’un organe de sécurité, l’erreur humaine… Mais lorsqu’il s’agit d’une usine chimique classée SEVESO seuil haut, les accidents prennent tout de suite une autre gravité car leurs conséquences vont bien au-delà des murs de l’usine. Au-delà des employés de la société dont la vie est menacée, c’est toute la population environnante dont la santé est concernée.


Le 21 septembre 2001, à Toulouse, une explosion qui ne pouvait pas se produire selon les dirigeants de l’entreprise AZF a fait 31 morts et des milliers de blessés. Ce drame est là pour nous rappeler que le risque zéro n’existe pas et que l’accident, improbable selon les responsables, n’est jamais impossible.


Pour l’’usine All’Chem aussi on nous dit que le risque est exagéré, que les probabilités sont faibles, qu’on risque chez soi aussi des accidents domestiques. Sans doute qu’avant le 21 septembre 2001 les toulousains avaient eu droit aux mêmes discours rassurants.


Nous ne connaissons pas tous les incidents ou accidents qui sont survenus dans l’usine All’Chem car seuls ceux qui font appel aux services de secours extérieurs font l’objet d’une information. Mais les seuls accidents que nous connaissons suffisent largement à relativiser fortement le discours du directeur d’All’Chem sur la qualité de la sécurité dans son entreprise. Ils devraient aussi faire réfléchir les responsables de la municipalité et du ministère de l’Environnement.


Souhaitons simplement ne jamais avoir à faire rechercher les responsabilités respectives de toutes les personnes concernées par ce dossier devant un tribunal.


17/12/2013 : accident grave à l’usine All’Chem.

Nouvel accident grave à l’usine All’Chem.  Au cours d’une opération de nettoyage d’une cuve de produits chimiques, il y a eu une déflagration suivie d’une détonation. Deux ouvriers ont été blessés dont l’un gravement qui a été évacué vers le centre des grands brûlés de Lyon. Lors du nettoyage d’un réacteur, l’eau à réagit avec un résidu de produit générant un gaz qui s’est enflammé au contact de l’air. Ce nouvel accident prouve s’il en était besoin la dangerosité de cette installation chimique ; et que, bien loin du discours rassurant de ses dirigeants sur la maîtrise des risques et le professionnalisme des employés, la sécurité n’est pas garantie sur ce site, et que l’accident majeur est possible.


13/09/2013 : accident à l’usine All’Chem.

Le 13 septembre, vers 15 heures, s’est produit dans l’enceinte de l’usine All’Chem un accident qui prouve que, bien loin des discours rassurants, le risque est réel et important. Lors d’une livraison de produits chimiques, une bonbonne d’air sous pression a chuté suite à une erreur de manipulation. Quatre véhicules des pompiers ont été mobilisés pour sécuriser l’intervention compte tenu du classement « SEVESO 2 » de l’usine. Si au lieu d’une bonbonne d’hélium il s’était agi d’un produit dangereux comme il en existe quantité dans cette usine, on aurait pu avoir des morts ou des dommages irréversibles pour la santé des ouvriers et la population.

S’il en était besoin, cet accident, comme d’autres avant, démontre la réalité du risque et l’aberration qu’il y a à conserver cette usine dangereuse au cœur de la cité. Il est temps que les montluçonnais soient complètement informés et réagissent avant que l’accident se transforme en tragédie.


Cette page a été réalisée à partir des éléments figurant dans les divers rapports, études et documents disponibles.

Merci de nous signaler toute erreur ; en sachant qu’une rectification ne pourra intervenir que si la demande est étayée par un document incontestable.

Les accidents

Nota : les mots en bleu soulignés sont des liens cliquables.