ACTUALITES ANCIENNES

Nota : les mots en bleu soulignés sont des liens cliquables permettant l’accès à divers documents.


25/02/2015 : divers courriers.

En fichiers PDF divers courriers adressés à plusieurs interlocuteurs :

- Lettre à ADISSEO. Voir la lettre.

- Lettre à la mairie. Voir la lettre.

- Lettre aux service des impôts. Voir la lettre.

- Lettre au sous-préfet. Voir la lettre.


25/02/2015 : lettre à monsieur le directeur d’All’chem.

En fichier (PDF) la lettre envoyée le 25 février 2015 à monsieur Morizot, directeur de l’usine All’chem demandant une réponse à celle du 25 janvier. Le silence méprisant n’est pas une réponse aux légitimes demandes des montluçonnais. Voir la lettre.


25/01/2015 : lettre à monsieur le directeur d’All’chem.

En fichier image (.bmp) la lettre envoyée le 19 janvier 2015 à monsieur Morizot, directeur de l’usine All’chem. Page 1 - page 2.


05/06/2014 : exercice de sécurité civile à All’chem.

Un exercice de sécurité civile a mobilisé 200 personnes jeudi 5 juin de 19 heures (déclenchement de la sirène) à 20h15 (levée de l’allerte). Une fuite de gaz toxique a été simulée dans l’entreprise All-Chem. Dans un rayon de 365 mètres autour du site, les riverains ont été appelés à appliquer les mesures de confinement. Mais la sirène même si elle est conforme, ne suffit pas pour couvrir efficacement l'ensemble de la zone concernée par l'obligation de confinement en cas d'incident grave. De plus l’association a relvé nombre de manquements. Catherine Genet, Présidente de l'association des riverains d'All'Chem a pointé les limites d'un tel exercice car plusieurs établissements autour de l'usine n'avaient pas eu d'information à propos de cette entreprise (pourtant classée SEVESO 2 seuil haut), sur la nature des risques encourus et sur les mesures de protection et de confinement qui auraient du être pris. Ce fut le cas par exemple à l'hôtel formule 1 dont le personnel n'avait pas été informé en amont. D'autres commerces au centre St jacques avaient baissé le rideau avant même le début de l'alerte. La situation la plus inquiétante de toutes étant celle de la résidence pour personnes âgées (DOMYTIS) dont les responsables ont refusé l'accès des locaux aux observateurs agrées et identifiables grace à leur gilets fluos. Les résidents n'ont donc pas pu être auditionnés à propos de cet exercice d'alerte. En interrogeant certains locataires des logements de l'OPHLM de la rue de la Glacerie on apprend qu’aucun n'avait reçu le dépliant sur la procédure à suivre, alors qu'ils auraient du en être destinataires, ni ne connaissait les procédures de confinement. D'ailleurs, les logements de l'OPHLM de la Glacerie semblent dépourvus de tout aménagement de confinement pourtant obligatoires. L'OPHLM a-t-il des projets pour ces logements ? Nul ne le sait.

Faire un exercice ne suffira pas à s’exonérer de sa responsabilité pour les différents responsables (entreprise, Mairie, Etat).  


25/05/2014 : réunion avec le directeur du groupe Axyntis et le maire.

Le directeur du groupe Axyntis nous a fait parvenir son power-point présenté lors de la réunion de mars. Passons sur l’aspect « publicitaire » de la présentation et sur un certain nombre d’affirmations avec lesquelles nous sommes en désaccord pour ne retenir que les rares promesses d’amélioration du site : bruit, odeurs, esthétisme du site. Rien de convaincant au niveau de la sécurité chimique, mais à l’ARAC, contrairement à All’chem, nous sommes pour une diffusion contradictoire des informations ; et c’est pourquoi en cliquant sur ce lien vous pourrez prendre connaissance du document de l’usine. Le même fichier en PDF.


06/03/2014 : réunion avec le directeur du groupe Axyntis et le maire.

Monsieur le maire de Montluçon avait organisé le 6 mars une réunion avec monsieur Simonnet, directeur général du groupe Axyntis dont fait partie l’usine All’Chem. Cela a été l’occasion pour monsieur Simonnet de faire la publicité durant trois quart d’heure de son groupe, de son usine de Montluçon et d’en louer la prétendue sécurité. Simplement lorsqu’il s’est agit de répondre aux légitimes inquiétudes et remarques des riverains, son ton s’est fait hautain et méprisant envers les habitants qui osaient lui apporter la contradiction. Son attitude inadmissible a conduit la présidente d’Arac à lui adresser une lettre ouverte dont vous pouvez prendre connaissance en cliquant sur le lien en bleu souligné ou sur la page « Actions » de ce site.

Vous pouvez également prendre connaissance du compte rendu de la réunion paru dans La Montagne.


11/02/2014 : réunion avec les candidats aux municipales.








L’association avait convié les candidats aux futures élections municipales à une réunion afin de connaître leur position sur le maintien de l’usine All’Chem et ses dangers. Il ressort de cette réunion que 59 emplois pèsent plus que la vie et la santé de plusieurs centaines de familles riveraines de cette usine ; que les éventuelles compensations financières seront dérisoires, et que la sécurité du site sera au bon vouloir de l’industriel. C’est donc un constat amer d’abandon qu’ont fait les nombreux riverains présents. Voir l’article de La Montagne. Voir la page consacrée à cette réunion sur le site regardactu.com avec des photos et surtout la vidéo.


FR3-All-Chem.flv15/01/2014 : Reportage de FR3 sur le PPRT de l’usine All’Chem.

Le signature du PPRT a donné lieu à un reportage diffusé sur FR3 Auvergne. Voir la page de FR3 Auvergne avec la vidéo (après la pub) ou cliquez sur l’icône ci-jointe.  


10/01/2014 : signature du PPRT de l’usine All’Chem.

Le PPRT a fait l’objet d’un arrêté préfectoral le 10 janvier 2014.

Voir la note de présentation, le règlement et la carte « officielle ».


23/12/2013 : prolongation du délai pour l’approbation du PPRT.

Le délai d’approbation du PPRT pour All’Chem est prolongé jusqu’au 30 mars 2014. Consultez l’arrêté prefectoral n° 3291/13.


17/12/2013 : accident grave à l’usine All’Chem.

Nouvel accident grave à l’usine All’Chem.  Au cours d’une opération de nettoyage d’une cuve de produits chimiques, il y a eu une déflagration suivie d’une détonation. Deux ouvriers ont été blessés dont l’un gravement qui a été évacué vers le centre des grands brûlés de Lyon. Lors du nettoyage d’un réacteur, l’eau à réagit avec un résidu de produit générant un gaz qui s’est enflammé au contact de l’air. Ce nouvel accident prouve s’il en était besoin la dangerosité de cette installation chimique ; et que, bien loin du discours rassurant de ses dirigeants sur la maîtrise des risques et le professionnalisme des employés, la sécurité n’est pas garantie sur ce site, et que l’accident majeur est possible.


06/12/2013 : réunion de l’association.

Devant une assistance de l’ordre de 70 personnes, la présidente dresse le bilan des diverses interventions et réunions. Les habitants présents font état de leur colère et de leur inquiétude. Lire le compte rendu de cette réunion en fichier word ou en fichier PDF.


26/11/2013 : réunion publique d’information.

Une réunion publique d’information s’est tenue à l’amphithèatre de la cité administrative pour faire le point sur le dossier All’Chem. Durant presque une heure les représentants de l’usine ont présenté leurs installations, le professionnalisme de leur personnel  et leur souci de la sécurité. Ce discours habituel qui se voulait rassurant n’a pas convaincu l’assistance. On peut d’ailleurs relever que l’usine reconnaît n’avoir réalisé que 75 % des travaux de sécurité demandés par les autorités et organismes de contrôle ; ce qui veut dire que le quart de ces travaux indispensables à la sécurité ne sont pas réalisés des années après leur prescription. On ne peut donc parler d’une usine sure. Les habitants ont fait part de leurs problèmes notamment face à la perte de valeur de leur bien immobilier, de l’impossibilité de trouver des acheteurs, des locataires. Leur demande concernant un dégrèvement fiscal n’a pas obtenu de réponse précise de la part de monsieur le maire, présent à cette réunion. Même si le délai de déclenchement de l’alarme (10 minutes alors que le gaz peut tuer en moins de 3) rend cette prèconisation pour le moins illusoire, le confinement reste la seule solution proposée aux riverains ; cela n’est pas acceptable ni sérieux. La DREAL n’a pas nié les risques mortels potentiels de l’usine, mais minimisé leur probabilité et indiqué que le risque était présent dans toutes les activités quotidiennes. La proposition d’un transfert de l’usine sur le site de Commentry mieux adapté et plus sécurisé a reçu une fin de non recevoir de la part du directeur d’All’Chem. La question des nuisances (odeur et bruit) n’a pas non plus obtenue de réponse satisfaisante.

En résumé une réunion de promotion de l’usine qui n’a apporté aucune réponse satisfaisante aux riverains.


05/10/2013 : journée portes ouvertes « confidentielle » à l’usine.

L’usine All’Chem a ouvert ses portes au public, mais par une erreur que l’on peut qualifier de « bizarre » les invitations pour la visite ont été distribuées dans un quartier éloigné de Montluçon au lieu de l’être aux riverains directement concernés. Ces derniers n’ont donc pu prendre connaissance de l’état réel des installations ; état bien éloigné de celui visible sur les vidéos et photos que l’ont peut trouver sur les sites internet de la société. Malgré les discours bien rodés des responsables de l’usine, bien loin de nous rassurer, cette visite a fortement augmenté nos inquiétudes sur la sécurité compte tenu des conditions de stockage des produits dangereux et de l’état général des installations. Malheureusement les portables et photos étant interdits lors de la visite, on ne pourra appuyer nos dires par des éléments concrets et on devra donc se limiter à des comptes rendus écrits de la visite. Lire un compte rendu de cette visite en fichier word ou en fichier PDF.


05/10/2013 : première réunion d’information.

Première réunion d'information sur le bilan de l'association des riverains d'All’Chem depuis sa création. La mobilisation des riverains se précise et les adhésions grimpent. Les premiers résultats concernant la mobilisation sont encourageants et devraient encore progresser avec une diffusion de l’information.


13/09/2013 : accident à l’usine All’Chem.

Le 13 septembre, vers 15 heures, s’est produit dans l’enceinte de l’usine All’Chem un accident qui prouve que, bien loin des discours rassurants, le risque est réel et important. Lors d’une livraison de produits chimiques, une bonbonne d’air sous pression a chuté suite à une erreur de manipulation. Quatre véhicules des pompiers ont été mobilisés pour sécuriser l’intervention compte tenu du classement « SEVESO 2 » de l’usine. Si au lieu d’une bonbonne d’hélium il s’était agi d’un produit dangereux comme il en existe quantité dans cette usine, on aurait pu avoir des morts ou des dommages irréversibles pour la santé des ouvriers et la population.

S’il en était besoin, cet accident, comme d’autres avant, démontre la réalité du risque et l’aberration qu’il y a à conserver cette usine dangereuse au cœur de la cité. Il est temps que les montluçonnais soient complètement informés et réagissent avant que l’accident se transforme en tragédie.


30/08/2013 : enquête publique validée.

Sans surprise, à l'issue de l’enquête publique relative au PPRT du site ALL'CHEM à Montluçon qui s'est achevée le 28 juin 2013, le commissaire enquêteur a émis un avis favorable.


Informations aux montluçonnais

Madame, Monsieur,


     Savez-vous qu’existe à Montluçon une usine chimique classée Seveso2 ;  c’est à dire proches d’une installation présentant le plus haut niveau de risque (comme l’usine AZF de Toulouse) ? Cette usine s’appelle All’Chem et se situe rue Vaillant-Couturier.

     Savez-vous qu’au-delà des odeurs nauséabondes qu’elle dégage, de la pollution, cette usine présente des risques mortels pour chacun des riverains, par explosion ou émanation de gaz mortels ; que ces risques pour votre santé, celle de vos proches, de vos enfants, sont réels et figurent dans des documents officiels ?

     Savez-vous que ces risques sont si importants qu’ils ont conduit les autorités à prendre des mesures dans un rayon d’un kilomètre autour de l’usine ? Que certains commerces proches de l’usine doivent fermer, que certains propriétaires d’habitations doivent installer une pièce de confinement ?

     Si vous êtes propriétaire, savez-vous que du fait de cette usine dangereuse votre bien immobilier a perdu jusqu’à 20% de sa valeur sans compensation au niveau des impôts locaux ?

     Savez-vous que des plans d’intervention en cas d’incident sont prévus, que tout se jouera en quelques secondes pour votre santé ? Connaissez-vous ces plans, êtes-vous informé des schémas d’alertes, des mesures à prendre, des risques ?

     Sans doute que non pour beaucoup tant l’information distribuée est inadaptée voir inexistante sur bien des points.


Pour vous informer et vous défendre, certains des riverains de cette usine se sont regroupés pour  créer l’association  ARAC 03 «  dans le but de défendre notre santé, notre vie et nos intérêts ».

Mais cette association ne pourra vous défendre que si nous sommes assez nombreux ; plus nous aurons de force, plus nous ferons entendre notre voix et pourrons défendre les intérêts des riverains de l’usine.


Pour plus de renseignements contactez-nous à l’adresse de l’association : 8, rue de la glacerie - 03100 Montluçon ;

par mail : ass.arac03@gmail.com  ou par téléphone : 04 70 03 31 62

                              

Nota : pour les riverains proches de l’usine, il existe un service compétent pour la pollution de l’air ; chaque fois que vous sentez de mauvaises odeurs, vous pouvez téléphoner au  0470022725.


UN QUARTIER DEFAVORISE


Même si cela est contesté par le maire de Montluçon, force est de constater que le quartier de Blanzat est bien LE quartier défavorisé de Montluçon qui cumule, outre l’accumulation d’installations dangereuses un environnement urbain dégradé qui a été laissé à l’abandon depuis des décennies.


On y trouve en effet l’usine chimique All’Chem classée SEVESO II seuil haut. qui fabrique des produits potentiellement dangereux à quelques mètres d’habitations et d’un lycée, à quelques centaines de mètres du centre ville et des centres commerciaux.














On y trouve aussi le dépôt de plastiques, papiers et autres produits plus ou moins identifiés de l’ex usine de recyclage « My Team » avec tous les risques d’incendie, de fumées toxiques et de pollution .



Des tonnes de déchets abandonnées sans surveillance en plein centre du quartier. Le 5 juillet 2014 un dépôt semblable a pris feu dégageant des fumées toxiques à l’usine Environnement Recycling. On n’ose imaginer les conséquences pour les riverains si un tel incendie se produisait à quelques mètres des habitations et du lycée Einstein. Et cette situation dure depuis des mois sans que les mesures d’urgence nécessaires soient prises par les autorités. Nul doute que dans un autre quartier de la ville, des dispositions rapides auraient été prises pour faire disparaître ce danger potentiel.

Voir l’article sur le site « RegarActu ».


Mais l’abandon de ce quartier est également visible par son environnement : places, trottoirs, espaces verts….

Consultez la page dédiée à cet environnement urbain indigne d’une ville moderne.


La sécurité en question à All’Chem !

Nota : les mots en bleu soulignés sont des liens cliquables permettant l’accès à divers documents.


Assemblée générale.

Compte rendu de l’assemblée générale de l’ARAC03 du 18 novembre 2015.


Août 2015 : courriers.

La présidente de l’association adresse divers courriers aux autorités et à l’usine pour demander que des mesures soient enfin concrétisées pour les riverains et leur sécurité.

        lettre au maire   -   lettre au directeur d’All’Chem   -   lettre au préfet


06/07/2015 : grève à All’Chem.

Les salariés de l’usine se sont mis en grève durant deux jours pour des revendications portant sur les primes et les salaires. Mais ils ont également fait état de revendications sur la sécurité et des promesses non tenues en la matière. Si même les salariés dénoncent les conditions de sécurité, il va être difficile pour la direction de l’usine de prétendre que toutes les mesures sont prises ; cela démontre en tout cas que les affirmations d’ARAC03 sur les manquements à la sécurité sont avérés.


26/06/2015 : attentat terroriste en Isère.

Une explosion a eu lieu vendredi 26 juin au matin dans l'usine de produits chimiques Air Products, classée SEVESO, à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. Un véhicule a pénétré dans l’usine puis a percuté des bouteilles de gaz. Le terroriste a pû rentrer facilement dans cette usine où il avait l’habitude de faire des livraisons. Un acte terroriste identique dans l’usine All’Cem serait encore plus facile car le portail reste grand ouvert la majeure partie de la journée sans barrière et les produits chimiques sont soit stockés à l’extérieur des bâtiments, soit dans des locaux non sécurisés. Lorsqu’on sait qu’une simple fuite sur une bonbonne de produits à la suite d’un choc violent peut entraîner la dispersion d’un gaz mortel on ne peut que rester incrédule devant le manque de réaction des autorités.


L’accès au site est d’une facilité déconcertante comme le dénonce la présidente de l’association dans un article paru le 30 juillet dans La Montagne, les produits dangereux ne sont pas protégés, aucune réelle mesure de sécurisation du site n’est prise, aucune disposition particulière.


Un mépris total pour la sécurité de la population vraiment incompréhensible bien éloigné des discours officiels. Voir sur le sujet l’article de Regard-Actu.  

               

   

ARAC03

    

Association des riverains

de l’usine All’Chem  

de Montluçon (allier)


EDITORIAL : Pression et secret


Directive européenne en projet (avril 2016).

Demain est-ce qu’All’Chem pourra invoquer le « secret des affaires » pour nous refuser l’information sur la dangerosité de son usine pour la population ? Lisez l’alerte sur le projet de directive européenne.


Début 2016 : divers courriers.

Impression ou réalité ? Depuis quelques mois on sent une irritation de nos différents interlocuteurs pour notre action. Clairement notre association dérange, énerve ; et le dernier courrier d’All’Chem reflète bien cette évolution négative.

On remarque par ailleurs que quantité de documents qui reflétaient les dangers du site All’Chem ont disparu des sites officiels ; l’information devient rare , incomplète, secrète, et malgré nos efforts de plus en plus difficile à obtenir.

Entre pression sur notre association et chape de plomb sur l’information publique notre action devient difficile ; et seul le soutien de la population pourra faire contrepoids pour nous permettre de continuer notre combat pour le droit des riverains à une information totale et à la sécurité.


Réponse du 26 février d’ARAC03 au courrier d’All’Chem du 16 février.


Courrier du 16 février 2016 de monsieur SIMMONET, directeur d’All’Chem. Dans ce courrier On notera l’injonction de « cesser la diffusion des informations concernant l’usine… qui reposent sur des affirmations fantaisistes et alarmistes infondées portant atteinte à la société ». Sauf que les informations de ce site sont issues de documents officiels et que malheureusement elles sont vraies et que l’association n’est pas responsable si la vérité est « alarmiste ». Nous avons toujours dit que si on nous prouvait que certaines informations étaient erronées on les enlèverait de suite. Dire la vérité et informer ce n’est pas diffamer. On attend donc que l’usine nous indique ce qui serait faux dans les documents de la DREAL figurant sur ce site. Pour ce qui est de la tête de mort figurant sur cette photo-montage ce n’est rien d’autre que le sigle réglementaire pour les produits chimiques dangereux, et ce sigle figure sur les panneaux apposés sur la clotûre de l’usine comme il figure sur des bidons stockés dans l’entreprise.

Prenez connaissance de notre réponse à cette mise en demeure menaçante.


Courrier du 7 février 2016 d’ARAC03 sur des demandes d’information.